Plus-values immobilières : petite leçon de calcul

Lorsque vous procédez à la vente d’un bien immobilier, vous faites la réalisation d’une plus-value immobilière. Si vous vendez votre maison ou votre appartement, cette plus-value existe toujours. Elle peut être déchargée des impôts si le bien immobilier est votre résidence principale. Par contre, si c’est le cas d’une résidence secondaire que vous avez n’avez pas acquis depuis plus d’une trentaine d’années, vous devez vous acquitter d’une taxe qui peut atteindre 36,2 %. Logiquement, lorsque vous procédez à la vente de votre bien immobilier, vous énoncez un prix fort, supérieur au prix que vous avez payé pour l’acquérir. Comment procéder au calcul des plus-values immobilières ?

Définition de la plus-value immobilière

Si vous avez réussi à vendre votre bien immobilier au-dessus du prix d’achat, vous aurez réalisé une plus-value immobilière. C’est logiquement le cas lorsque vous avez acquis votre bien immobilier il y a tellement d’années. Les valeurs des biens immobiliers ne connaissent qu’un accroissement. Par contre, la loi stipule que vous devez payer des taxes sur ces plus-values après avoir réalisé la vente de votre bien immobilier. Le calcul de la taxe se fait de plusieurs manières en fonction de divers critères qui sont à prendre en compte. Par ailleurs, vous pouvez même être exonéré de cette taxe dans certains cas.

Comment calculer cette plus-value ?

Le calcul des plus-values immobilières est relativement simple. Les deux variables à prendre en compte sont le montant d’achat de votre bien immobilier et le prix de vente. Le prix de vente est celui mentionné dans l’acte de vente en soutirant les frais de cession. Le montant d’acquisition est obtenu à partir de l’addition du prix d’achat du bien immobilier, les divers frais d’acquisition ainsi que les diverses dépenses comme les frais d’améliorations ou les dépenses des travaux. Par exemple, si vous avez acheté un appartement 130 000 euros il y a 20 ans, les travaux vous ont coûté 25 000 euros et les frais de cession coutent 5 000 euros. Actuellement, vous mettez en vente votre appartement à 200 000 euros. Le montant d’acquisition est alors de 130 000 – 5000 + 25 000 = 150 000 euros. Le prix de vente étant de 200 000 euros, la plus-value que vous avez réalisée est alors de 50 000 euros.

À propos de l’exonération d’imposition

Si vous avez utilisé le bien immobilier comme résidence principale et que vous avez décidé de le vendre, vous pouvez alors profiter pleinement d’une exonération d’impôt. Vous réaliserez donc un bénéfice sans avoir à payer une quelconque taxe. Par contre, si c’est votre résidence secondaire, vous devez payer les impôts sauf que si vous ne possédez pas une résidence principale dans le cas où vous aurez loué un autre appartement de résidence. Vous devez alors intégrer le taux d’impôt à payer dans le calcul des plus-values immobilières. Aussi, si le montant de cession est inférieur à une certaine somme, vous pouvez aussi être exonéré d’impôts. 

Ce qu’il faut savoir avant de vendre son bien immobilier
Diagnostics immobiliers : avez-vous les 10 bonnes réponses ?