La vente en viager : une nouvelle retraite ?

La vente en viager a plus d’un avantage à faire valoir. En dépit des diverses atouts qu’elle propose, nombre de Français sont encore peu ouverts à cette nouvelle tendance immobilière. Pour ainsi lever le voile, empêchant bien de particuliers de se tourner vers cette pratique, un petit point s’impose.

Un revenu supplémentaire grâce à cette transaction immobilière

La vente en viager ne représente à ce jour qu’une infime partie des transactions immobilières. Alors que cette solution de vente propose des avantages qui méritent que l’on accorde un certain intérêt. Par définition, la vente en viager consiste à vendre son bien immobilier en contrepartie d’une rente viagère, que l’acheteur s’engage à vous verser jusqu’à votre décès. A cela s’ajoute le bouquet, qui est le capital que vous percevrez au montant de la vente. Il n’y a pas de réglementation spécifique quant à la définition de ce bouquet, mais en moyenne, il représente 30 % du montant total de la vente. Autant le capital que la rente que vous toucherez mensuellement seront d’excellents compléments pour votre retraite.

Le viager occupé pour disposer d’un pied-à-terre jusqu’à la fin de ses jours

Pour la vente de votre bien, libre à vous d’opter pour la vente en viager dit occupé. Cette alternative vous permettra de continuer d’occuper votre logement après sa vente, et ce, jusqu’à votre décès. L’acheteur ne pourra pleinement prendre possession du logement qu’à votre disparition. Par ailleurs, avec la vente en viager, vous n’aurez plus à vous occuper de la taxe foncière et de tous les travaux liés à votre patrimoine. Ces dépenses seront à la charge du nouveau propriétaire. L’intérêt de la vente en viager dépend grandement de la durée de votre vie. Si vous dépassez l’espérance de vie, qui a servi de base pour évaluer la rente et le capital, les sommes que vous percevrez en tout seront bien plus profitables pour vous.

Toute une série de paramètres à retenir avec cette transaction

Pour trouver facilement un acheteur et profiter d’un considérable avantage fiscal, il serait préférable de vendre en viager à partir de vos 70 ans. Pour être sûr que votre acquéreur n’arrête pas de verser votre rente, pensez à inclure dans votre contrat une clause qui vous protège. Vous pouvez, par exemple, insérer une clause vous donnant la possibilité de récupérer au bout d’un moment votre bien si l’acheteur ne paie pas votre rente. Avant de faire affaire avec un acquéreur quelconque, il est capital de s’assurer de son honnêteté et de sa fiabilité. Il est impératif que ce dernier ait conscience de son investissement.

Ce qu’il faut savoir avant de vendre son bien immobilier
Diagnostics immobiliers : avez-vous les 10 bonnes réponses ?