Diagnostics immobiliers : avez-vous les 10 bonnes réponses ?

Acheter, mettre en location ou vendre une maison ou un bâtiment demande avant tout un diagnostic. À part le fait de trouver un bien à son goût, il est essentiel de mettre en cause quelques paramètres de choix. Ceux-ci permettent d’apporter plus de précision à la vente ou à l’achat quant à la qualité du bien. Ce diagnostic permet ainsi d’avoir un bon contrôle de tous les éléments.

Diagnostic immobilier : des études à réaliser ?

Avant la mise en vente ou la mise en location d’un bien, il est nécessaire de procéder à des diagnostics immobiliers qui consistent à effectuer un contrôle technique du bien. En effet, la loi impose l’établissement d’un dossier technique concernant le bien. L’objectif est d’informer l’acquéreur ou le locataire de l’état de ce bien. Plusieurs critères sont préétablis. Il est pour cela essentiel de prendre en compte la performance énergétique du bien, le risque d’exposition au plomb, le diagnostic pour la présence ou non d’amiante, l’état de l’installation électrique, l’état de toute installation au gaz, l’état des risques naturels et les risques technologiques. Il faut également prendre en compte la présence ou non des termites et la qualité de l’installation d’assainissement des eaux. Ces dix diagnostics sont obligatoires.

Une intervention obligatoire

Les diagnostics immobiliers sont importants. L’ensemble de ces constats est regroupé dans un dossier de diagnostics techniques (DDT) qui sera annexé au bail ou à la promesse de vente. En outre, le diagnostic de l’état des biens pour les risques naturels auxquels le propriétaire est exposé, les autres diagnostics sont dans la plupart des cas à effectuer par un professionnel diagnostiqueur. C’est un moyen de s’assurer de la véracité des résultats suites aux examens réalisés. Le prix pour ces diagnostics varie ainsi en fonction d’un spécialiste à un autre tout en prenant en compte la surface du bien à évaluer. Il est à savoir qu’un prix trop abordable peut révéler des doutes au niveau de la qualité et de la fiabilité du service proposé.

Qui paye ces diagnostics ?

Dans le cadre d’une vente, le coût du DDT des diagnostics immobiliers est pris en charge par le vendeur. Il se peut également que les deux parties conviennent de confier la charge du coût à l’acquéreur. Pour une location, la loi impose que le DDT soit fourni par le bailleur. Le paiement de tous les coûts est ainsi à sa charge. Il est à connaître que certains diagnostics, comme l’état des risques de pollution, peut être réalisé gratuitement par le professionnel.

Ce qu’il faut savoir avant de vendre son bien immobilier
Plus-values immobilières : petite leçon de calcul